Quatre médailles mais pas d’or au Challenge George

La piscine de Jonfosse accueillait ce dimanche des nageurs motivés à l’idée de s’illustrer lors du Challenge Jules Georges organisé par Liège Mosan Natation. Sa particularité est de ne proposer que des 400 mètres nage libre. « L’organisation était impeccable mais que c’est triste une compétition sans public », regrettait Els Gitsels, qui entraîne les grands du groupe pré-compétition. « Ça manque de vie. On a envie d’ambiance, surtout sur un 400 mètres ! Heureusement que les courses étaient retransmises via internet. »

Sylvie Hainaux était contente des performances de ses 5 petits bouts.

Notre club avait inscrit 16 athlètes. Malades, Calypso Lambert et Finn Jorissen ont malheureusement dû déclarer forfait. Le bilan final : deux médailles d’argent (Noah Lambert et Pauline Van Hove) et deux autres de bronze (Clément Poes et Clémence Bajot).

Du bon et du moins bon pour les protégés d’Els Gitsels.

Des résultats un peu en-deça des espoirs d’Els. « Janne Jorissen a réussi un super 400 en 5:30 (4e place). C’est mon coup de cœur, c’est celle qui a le plus progressé. Typhanie et Célya Pâques, Clémence Bajot (bronze) et Mathys Geysenberg ont très bien nagé aussi. J’attendais mieux de Noah Lambert par exemple… et lui aussi d’ailleurs. Il est très bon à l’entraînement et j’espérais un chrono sous les 5 minutes mais il fait 5:08 (ce qui lui offre tout de même une médaille d’argent). Il est souvent malade le matin et, dimanche, il était un peu en-dedans. Marylou Dejon, qui a été positive au covid durant les vacances de Noël, et Eléa Stas, partie 8 jours au ski durant les vacances, n’ont pas pu briller non plus. Quant à Anaïs Mardaga, c’était son anniversaire mais elle était à côté de ses baskets. Elle s’est emballée au début puis elle s’est cramée. »

Sylvie Hainaux, qui forme les plus petits, était, elle, était ravie du comportement de ses jeunes pousses. « Mes 5 petits bouts, qui faisaient leur première compétition à l’extérieur et leur premier 400m en compétition, ont tous hyper bien nagé! Ils ont tous amélioré d’environ une minute leur temps de 400m qui datait d’il y a un mois, à l’entraînement ! Le stage de Noël a vraiment porté ses fruits. Pourtant, ils étaient très stressés avant de s’élancer. Mais tout s’est bien passé, sans le moindre couac: pas de problème de lunettes au plongeon, pas de problème de comptage de longueur… Déjà rien que ça, c’est magnifique ! Ils sont tous repartis avec un énorme sourire. Le seul point noir, c’est l’absence de Finn, qui a fait de la température la nuit précédente. Il avait le meilleur temps d’inscription… »

Les soeurs Pâques (Typhanie et Célya) aux côtés de Marylou Dejon.

Reste maintenant à attendre les résultats des autres compétitions éliminatoires pour voir si les progrès enregistrés sont suffisants pour qualifier certains éléments pour les finales du 13 mars.

Challenge George: un dimanche pour les futurs grands

La seconde partie de la saison débute en force pour les jeunes nageurs. Ce dimanche 16 janvier, ils ont en effet rendez-vous à la piscine de Jonfosse pour le célèbre Challenge Jules George (voir le programme, le protocole et les infos pratiques en cliquant ici). Un incontournable dans la saison mais aussi dans la carrière de tout jeune athlète. Sa particularité: ne présenter que des distances de 400 mètres. « Ce sont les fondations de l’athlète », explique André Henveaux. « Tout bon nageur, qu’il s’oriente plutôt vers le sprint ou l’endurance, doit être capable de faire un bon 400. »

Els Gitsels espère que chacun de ses nageurs améliorera ses chronos. L.M.

« C’est comme en football », renchérit Els Gitsels. « Il n’y a pas que la partie agréable avec le toucher de balle, il y a aussi la partie physique. Dans un bassin, même si certains préfèrent les courtes distances, il faut passer par le 400 mètres. »

Deux avis convergents de nos entraîneurs qui situent donc parfaitement l’importance d’une compétition qui rappelle énormément de bons souvenirs au « boss » crisnéen. « J’étais trop vieux (20 ans) pour y participer mais je me souviens de la création du Challenge par le Mosa, en 1968. Jules George (ex-président du Football Club Liégeois) était un grand homme d’affaire. J’étais ami avec ses petites filles, avec qui j’ai nagé, et j’ai eu la chance d’être invité dans son magnifique domaine, situé à Yvoir. Il comprenait un karting, un Galopant comme sur la foire et deux Riva pour faire du ski nautique sur la Meuse. Notre club a toujours pris part à cette compétition. »

Et il y a brillé plus souvent qu’à son tour. « Cela représente aussi la continuité pour un nageur », enchaîne la coach des enfants nés entre 2009 et 2011. « Ceux qui ont commencé la natation tôt peuvent le disputer jusqu’à 6 fois. Cela engendre une motivation supplémentaire. Chacun a envie de reconduire son titre… ou de prendre sa revanche sur le vainqueur de l’année précédente. »

Premier 400 mètres pour les jeunes de Sylvie Hainaux.

« C’est aussi un indicateur important pour l’avenir », précise André. « Presque chaque année, le vainqueur du Challenge Jules George se retrouve aux championnat d’Europe deux ans plus tard. A l’image de Camille… »

De 4 à 16 longueurs!

Ce dimanche, ce sont les groupes pré-compétition (nés de 2009 à 2014) d’Els et de Sylvie Hainaux qui seront sur la brèche. L’objectif: se hisser parmi les 8 meilleurs chronos belges de leur catégorie pour participer à la grande finale dans quelques semaines. « On espère de bons résultats et des meilleures performances pour tout le monde », poursuit Els. « C’est la mise en pratique de tout le travail fourni depuis le début de la saison. Conscients de l’importance du rendez-vous, certains nageurs ont préféré ne pas accompagner leurs parents au ski durant les vacances de Noël pour se préparer au mieux. Nos jeunes vont découvrir une pression qu’ils devront gérer. Dans le groupe de Sylvie, c’est la première fois qu’ils vont s’aligner sur plus que 100 mètres. C’est un changement radical. Ici, ce ne sera pas 4 longueurs et puis c’est fini. Ils devront en effectuer 16! Ils doivent donc apprendre à gérer leurs efforts… et ne pas se tromper en comptant leurs longueurs. C’est un stress supplémentaire. »

Croisons les doigts pour eux…

Résultats de la compétition de Mol

Les garçons de Liège Natation se produisaient à Mol ce lundi 27 décembre et c’est avec satisfaction qu’André Henveaux a pu constater que ses ouailles avaient bien digérer la bûche de Noël.

Le bilan est en effet très satisfaisant, notamment au niveau des médailles:

Thomas Courbois (15-16 ans) : 4 médailles d’or en 100 m papillon, 100m brasse, 100 m 4 nages et 200 m 4 nages.
Lucas Henveaux (17 ans et plus) : 4 médailles d’or (100 m papillon, 100m nage libre, 200 m nage libre et 200 m 4 nages).
Théo Marti (15-16 ans) : 2 médailles d’or sur 100m et 200m dos plus le bronze sur 100 m nage libre.
Florentin Lovens (15-16 ans) : 3 médailles d’argent sur 100m et 200m nage libre + 200m 4 nages.
Cédric Filippini (17 ans et plus) : 2 médailles d’argent sur 100m et 200m papillon.
Noah Franquinet (15-16 ans) : une médialle d’argent sur 200m dos et une de bronze sur 200 m 4 nages.

Rendez-vous en 2022 pour confirmer les progrès enregistrés depuis l’été…

Cours le 20 et le 22 décembre

Les cours de l’école de natation auront lieu le lundi 20 et le mercredi 22 décembre même si les écoles primaires et maternelles sont fermées. Pas de cours pendant les vacances sauf le samedi 8 janvier.

Pour le public, horaire normal (sauf les dimanches 26 décembre et 2 janvier).

Pour les groupes pré-compétition et compétition, voici le tableau avec l’horaire complet des entraînements.

Petite modification par rapport au tableau initial, Sylvie ne sera pas présente le 28 et le 30/12.

Des médailles… luxembourgeoises pour Théo Marti

Liège Natation comptera-t-il bientôt en ses rangs un nageur qui défend les couleurs nationales luxembourgeoises ? Ce n’est pas impossible. C’est en tout cas tout le mal que l’on peut souhaiter à un Théo Marti qui a pris part pour la première fois, le week-end dernier, aux championnats nationaux d’hiver du Grand-Duché avec le club de Wiltz.

Quatre médailles pour Théo dont une en or dans sa catégorie sur le 200m dos.

Théo, comment avez-vous atterri dans les championnats luxembourgeois qui viennent de se dérouler à Differdange ?

Via mon grand-père, qui a fait son service militaire au Grand-Duché, j’ai la double nationalité. André Henveaux connaît l’entraîneur de Wiltz, qui officie aussi à Bastogne, et il lui a parlé de mon cas. Cela m’offre la possibilité de nager là-bas quand il n’y a pas de compétition en Belgique. Et si jamais la Belgique procède à un nouveau confinement, je pourrai encore m’entraîner.

Cela peut-il vous ouvrir des portes au niveau international ?

Peut-être, oui. Les temps pour accéder aux grandes compétitions sont plus faciles à réaliser qu’ici. Par exemple, il faut un chrono de 1:56 sur le 200m dos alors que le Luxembourg demande 2:02. Mais il faudra alors que je change de nationalité sportive… On verra. Moi, mon objectif, c’est de participer aux Championnats d’Europe Juniors.

Comment avez-vous été accueilli ?

Très bien. J’ai vraiment apprécié faire la connaissance des membres du club. J’ai aussi eu l’occasion de manger avec les entraîneurs et avec mes équipiers. Ils sont très sympas.

Théo a apprécié l’accueil que lui ont réservé ses nouveaux équipiers de Wiltz.

Et au niveau « performances », que retenez-vous de votre week-end ?

Beaucoup de positif. J’ai disputé le 100m dos et le 200m crawl le samedi ; le 200m dos, le 100m crawl et le relais le dimanche. J’ai amélioré tous mes temps sauf en 100m crawl, où j’ai fait 5 centièmes de plus. J’ai craqué dans la 3e longueur après un départ trop rapide.

Et vous avez ramené des médailles !

Oui, quatre ! Je termine 3e de la finale du 100m dos (avec mon meilleur temps en 1:01.16) en Open et premier de ma catégorie. Et sur le 200m dos, je suis 2e en Open et je remporte ma catégorie (2:10.02 et mon meilleur temps aussi).

Robert Arnould (81 ans) est décédé

C’est avec une grande émotion que nous avons appris, ce mercredi, le décès de Robert Arnould, figure emblématique de Liège Natation dont il faisait partie des membres fondateurs. Le papa d’Isabelle et Jean-Marie avait 81 ans.

Robert Arnould était le papa d’Isabelle et de Jean-Marie.

Une nouvelle accueillie avec beaucoup de tristesse par l’ensemble de notre club et plus particulièrement par André Henveaux. « Monsieur Arnould avait été, en ma compagnie et celle de mon papa, de Marcel Bonvoisin et de Joseph Betnard, l un des 5 membres fondateurs de Liège Natation. Il fut notre premier secrétaire général et créa nos statuts. Après avoir mis beaucoup de choses en place, il passa le relais à notre Brigitte adorée. »

Robert Arnould était le père d’Isabelle et de Jean-Marie, deux des plus brillants nageurs belges dans les grandes compétitions internationales. « C’était un brillant ingénieur civil, professeur à l Ulg et spécialiste reconnu de valeur mondiale en hydrologie, il travailla dans le monde entier », poursuit André. « Son intelligence et son enseignement parvenaient à captiver et passionner ses étudiants. Beaucoup de pays dont l Argentine, les Philippines et surtout la RDC lui sont redevables de travaux extrêmement précieux et constructifs. Il a été un papa exemplaire et il était admiratif du travail que je faisais avec ses enfants, et surtout avec sa fille avec qui nous formions un team fantastique et reconnu au niveau mondial. Merci Robert pour la confiance que tu m’as accordée. Ta famille et toi ont fait partie de ma vie. Sans toi, Je ne serais peut-être pas l homme que suis devenu. Liège Natation et ses membres (mais aussi Brigitte, Éric et moi-même) adressent à Madeleine , Isabelle, Jean-Marie et leur famille leurs plus sincères condoléances. »

Visites et inhumation

Les visites pourront se dérouler le jeudi 9 et vendredi 10 décembre de 17 à 19 heures au Funérarium Simon & Fils SRL (Rue Saint-Nicolas 236 à 4000 Liège).

Le service religieux, suivi de l’inhumation au cimetière de Saint-Gilles à Liège, sera célébré le samedi 11 décembre à 9h30 en l’église Saint-Gilles de Liège.
Réunion à 9 h au funérarium Simon & Fils.

Les minimas européens pour Ambre et Camille

Une semaine après notre meeting, plusieurs nageurs de notre club étaient engagés dans une nouvelle compétition le week-end dernier. Si Théo Marti participait aux championnats du Luxembourg, c’est sur Castellon (Espagne) que le trio féminin Camille Henveaux-Ambre Franquinet-Grace Palmer a mis le cap pour une compétition avec la fédération belge. Grace a décroché la 4e place sur le 200m brasse (2:37.76). Ambre s’est de son côté illustrée en remportant le 200m 4 nages (2:17.17) et en se hissant 2e lors du 400m 4 nages (4:50.43), une performance qui lui permet de réaliser le minima pour les Championnats d’Europe. Elle termine aussi 6e du 800m (9:02.44).

Ambre Franquinet et Camille Henveaux ont décroché leur ticket européen ce week-end. L.M.

Camille Henveaux s’est aussi distinguée. Elle a décroché son ticket pour les Championnats d’Europe Jeunes sur le 800m (4e en 8:59.27) et le 1500m (6e en 17:10.42). Ils  se disputeront en juillet 2022 en Roumanie. « Je ne m’y attendais pas », avouait-elle à son retour. « Je suis très heureuse de ces résultats qui vont me permettre de travailler sereinement dans les prochains mois, sans la pression de devoir réaliser des chronos. Vu que je suis 1% au-dessus du temps limite pour le 400m crawl (7e en 4:21.92), j’aurai aussi le droit de m’aligner sur cette distance. Mon programme est donc, déjà, quasi fait. Il faudra juste voir si ce sera possible quand on connaîtra les horaires exacts. »

Retrouvez ici les résultats complets

En débarquant sur le sol espagnol, jamais la Crisnéenne n’avait imaginé pareilles performances. « C’était un week-end fatigant car ils n’ont pas les mêmes habitudes que nous. Là-bas, les finales se déroulaient de 18 à 21 heures, soit bien plus tard que chez nous. Sur le 1500m, j’étais fatiguée par mes deux 400m mais j’ai quand même fait 9 secondes de mieux que le temps nécessaire pour la qualification. Et dire que c’était mon tout premier en grand bassin… »

Le groupe belge présent ce week-end à Castellon.

D’autres récompenses l’attendaient le dimanche. « En finale du 200m papillon, j’ai égalé mon meilleur temps puis, malgré la fatigue, j’ai très bien nagé sur le 800m. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre et j’ai tout donné. J’ai même été plus rapide pendant la seconde moitié de course que lors de la première. C’est la première fois que je descends sous les 9 minutes. Je suis très contente. »

Elle peut l’être… et nous pouvons être fiers de nos nageuses également. Un beau cadeau de Saint-Nicolas pour Liège Natation !

Du monde et des performances lors de notre meeting

C’est avec les traits tirés d’un homme fatigué par un week-end peu reposant, mais avec un immense sourire, qu’André Henveaux a dressé le bilan du meeting qui s’est tenu vendredi et samedi dans nos installations. « C’est une super réussite. Et quel monde ! »

Retrouvez toutes les photos ici

Retrouvez tous les résultats ici

Le «Girl Power» de Liège Natation. L.M.

Jamais en effet la piscine crisnéenne n’avait accueilli autant de nageurs en un jour et demi. « Grâce au chapiteau, on en avait 280 », clame fièrement le « boss ». « Les autres années, pour notre compétition hivernale, nous en comptions environ 200. Nous avions des clubs issus de toutes les provinces wallonnes mais aussi de Louvain… et nous avons reçu beaucoup de félicitations. Tout cela n’aurait pas été possible sans l’excellent travail fourni par notre vingtaine de bénévoles. Je les en remercie chaleureusement. »

Même s’il en a compliqué l’organisation, avec des mesures et des protocoles stricts à respecter, le coronavirus n’a donc pas nuit à l’événement. Si certains clubs ont été privés d’une dizaine de membres à cause d’enfants testés positifs ou placés en quarantaine, Liège Natation n’a déploré que deux forfaits. « Tous n’ont pas la chance d’avoir un système de ventilation aussi performant que le nôtre, qui permet de filtrer 18.000 m3 d’air à l’heure. »

Chronos, cible et diversification

Côté sportif, André Henveaux ne tarissait pas d’éloges non plus envers ses nageurs. « Je leur avais demandé à tous de choisir une course sur laquelle ils allaient s’arracher. C’était leur cible. Chez les filles, Camille Henveaux a réussi un remarquable 2:20.04 sur 200m 4 nages. Ambre a très bien nagé aussi, en améliorant ses temps sur 100 mètres dos (en vidéo ici), 100m 4 nages, 100m papillon et 100m crawl. Emma Govaerts s’est diversifiée et a réussi un super 400 et un bon 100m 4 nages tandis que Naya Dominiczak s’est aussi diversifiée tout en améliorant ses temps. Quant à Grace Palmer, elle revient un peu à la compétition et c’est encourageant. Pour Calypso Lambert, la transition est plus difficile entre le groupe d’Els et le mien. A 13 ans, elle a le potentiel physique et le style, c’est le mental qui doit s’améliorer. »

Clou du spectacle: le 400m nage libre (en vidéo ici) avec nos 5 nageurs se partageant les 5 couloirs. L.M.

Festival pour Lucas Henveaux

Chez les garçons, les satisfactions étaient également de mise. « Dix secondes de mieux pour Noah Franquinet sur le 1500 nage libre et 8 pour Théo Marti sur la même distance, c’est remarquable. Théo a aussi performé sur le 100m dos et le 200m dos. Florentin Lovens est descendu pour la première fois sous les 2 minutes sur le 200m crawl. »

Il nous a offert un 200m 4 nages d’anthologie (en vidéo ici) à la lutte avec son pote Maxime Courtois. C’est finalement ce dernier qui l’a emporté pour 23 centièmes… « Max a aussi amélioré plusieurs chronos. C’est très positif. Quant à Thomas Courbois, il a été à son niveau lors du 400m crawl et du 200m dos et au top sur le 100m et le 200m crawl. » Il confirme ainsi ses progrès avec 7 records de district améliorés cette année.

Quant à Lucas Henveaux, il a battu tous ses chronos. « Un festival », sourit son papa-coach. « Neuf courses, 9 meilleurs temps, même sur le 50m nage libre, qui n’est pas sa spécialité. »

Pour leur première compétition, les Canetons ont bien respecter les consignes.

Première compétition pour les Canetons

Chez les plus petits, le constat est aussi très positif. Les Benjamins ont tous amélioré leur chrono tandis que les Canetons ont découvert les joies d’une première compétition. « Je leur avais demandé de s’appliquer sur la technique, les plongeons et les virages », précise Sylvie Hainaux leur coach. « Et ils l’ont fait. Les chronos, à cet âge, ce n’est pas important. Ils devaient aussi gérer le fait de nager devant du public et aux côtés d’autres clubs. »

Tous les Benjamins ont amélioré leurs chronos. L.M.

Place maintenant à une semaine de repos pour tous les nageurs du club, à l’exception de Camille Henveaux, qui participe le week-end prochain à une compétition en Espagne avec la Fédération belge, et Théo Marti, qui prendra part au championnat du Luxembourg.

Lyne De Buyst perpétue la tradition familiale

Le grand week-end arrive, celui de notre traditionnel meeting d’hiver (cliquez ici pour voir les infos pratiques). Un moment attendu par l’ensemble de notre club, et peut-être plus encore par certains de nos jeunes nageurs qui y disputeront leur toute première compétition. C’est le cas, notamment, de Lyne De Buyst qui s’alignera sur le 50m brasse. Née en 2014, elle attend ce moment avec impatience. « Je suis à la fois contente et un peu stressée », avoue timidement cette demoiselle qui partage ses temps libres entre la dance classique et les scouts. « J’ai envie de bien faire mais je ne sais pas comment cela va se passer. » 

La famille De Buyst a grandi sous les yeux d’André Henveaux. L.M.

Le sosie miniature de la chanteuse Angèle peut cependant compter sur les conseils avisés de la famille. Ses 3 oncles (Kevin, Cédric et Bryan) ont également fréquenté le bassin crisnéen durant leur jeunesse tandis que son papa, Alan, peut se targuer de plusieurs titres de champion de Belgique et d’un record de Belgique de relais sur 4x200m aux côtés du trio Romanini-Grandjean-Meunier (7:44.83 en août 2005). « Les titres nationaux, c’était sur 1500m et 1500m 4 nages », précise ce spécialiste des longues distances. « Une année? Deux? Je ne sais même plus (rires). J’ai fait de la compétition de 4 à 22 ans mais je n’étais pas assez doué pour en vivre. J’ai donc arrêté pour privilégier mes études. Les combiner avec 10 entraînements par semaine, en plus de la PPG, c’était impossible. »

Bryan: le talent mais pas le mental

Comme son aîné, Bryan, a découvert la natation à 4 ans avant de bifurquer vers le water-polo à ses 16 printemps. « On suivait les cours juste à côté, à la Buissonnière, puis on venait nager », explique l’animateur de Fun Radio. « C’était une excellente école de vie qui nous obligeait à nous dépasser et à nous structurer. J’étais plus doué qu’Alan mais je n’avais ni le mental ni la rigueur. J’aimais m’amuser et faire le gugusse. Les compétitions me motivaient. Les entraînements, par contre, ce n’était pas mon truc. Il fallait me mettre des pieds au cul. Une Ferrari avec un moteur de 2CV (rires). » 

Alan marié grâce à la natation

Tous les deux gardent d’excellents souvenirs de ces années durant lesquelles ils ont défendu nos couleurs. « Tout d’abord parce que c’est grâce à la natation que j’ai rencontré ma femme, nageuse à Charleroi », reprend le papa de Lyne, qui s’entraînait avec Sylvie Hainaux, l’actuel coach de sa fille. « Je n’oublierai jamais les grosses compétitions, les « après-compét » et, bien sûr, les stages. On allait déjà à la Sierra Nevada. Une année, André y avait rencontré Edith Van Dijk, une Hollandaise championne d’Europe en eau libre sur 10 et 25 km… et il m’a fait m’entraîner avec elle. Je lui servais de lièvre et je nageais des 3x4000m et des 10x1000m aux entraînements. C’était super dur… mais j’avais bien progressé. » 

Bryan, lui, préférait les sprints. « Je me battais avec Systermans. C’était souvent lui ou moi pour la gagne. On avait Van Dessel comme rival aussi. J’ai été champion de Belgique sur 400m en jeunes mais, après, j’ai craqué et je me suis tourné vers un sport d’équipe. On en a vécu des choses ici, notamment quand il y avait le toboggan ! »

Et c’est bien évidemment en famille que les De Buyst comptent soutenir Lyne pour cette grande première.

Lucas en valeur sûre, Emma en révélation

Les championnats de Belgique 2021 laisseront de bons souvenirs dans la mémoire d’André Henveaux et de ses élèves. En effet, Liège Natation, qui alignait 10 athlètes dans le bassin louvaniste, a ramené 10 médailles : 2 en or via Lucas Henveaux, 6 en argent (2 fois grâce à Lucas, à nouveau, et 4 par l’entremise d’Ambre Franquinet) et 2 en bronze grâce à Camille Henveaux. Les motifs de satisfaction ne s’arrêtent pas à ce bilan chiffré. Au lendemain des épreuves, le mentor crisnéen a analysé au cas par cas les prestations de ses ouailles (tous les résultats en cliquant ici)

Quatre médailles pour Lucas Henveaux: 2 en or, 2 en argent.

Lucas Henveaux: “L’or sur le 1500m et le 400m 4 nages, l’argent sur le 200m et le 400m. Que demander de mieux? Je regrette juste son incohérence lors du 400. Il l’a mal géré. Sans être chauvin, je peux affirmer que c’est LE nageur belge en devenir. C’est aussi celui qui s’est mis le plus en vue lors de ces championnats. Et dire qu’il a arrêté pendant 5 ans pour faire du golf! Il est volontaire et très très ambitieux. Son objectif, c’est Paris! Et pourquoi pas? Lucas a le corps, la taille, les mains, les pieds, du talent et un énorme potentiel. Et en plus, il est intelligent, ce qui me pousse à me demander si c’est bien mon fils (rires).”

Ambre Franquinet: “Un bilan magnifique avec 4 médailles d’argent (400m, 800m, 200m 4 nages et 400m 4 nages). Et si elle avait sorti un chrono équivalent à son record personnel, elle l’emportait même sur le 400. Peut-être était-elle un peu fatiguée le dimanche matin car elle a beaucoup nagé.”

Camille Henveaux: “Elle améliore son chrono sur 3 de ses 4 distances (100m, 200m et 400m) et décroche même 2 médailles de bronze (400 et 800) au caractère. Pourtant, elle n’est pas au top de sa forme actuellement.”

Thomas Courbois: “Trois finales + 3 records de district (200m dos, 400m 4 nages et 1500m). Il se loupe sur le 400 mais offre un récital sur le 200m dos. Il a été formidable et a vraiment un grand avenir devant lui.”

Emma Govaerts: “La toute bonne surprise du week-end. La révélation! Deux finales pour ses premiers championnats alors qu’elle sera toujours cadette l’an prochain, c’est la classe. Elle doit prendre conscience de ses qualités athlétiques énormes car elle a trop tendance à se dévaluer. Elle a vraiment bien choisi son sport!”

Florentin Lovens: “Il a été super. Il améliore ses chronos sur 200m, 400m, 400m 4 nages et 1500m, signant un même un top 8 sur cette dernière distance!”

André Henveaux peut être fier de ses troupes. L.M.

Naya Dominiczak: “C’est une compétitrice, elle a un tempérament de bagarreuse au-dessus de la norme, ce qui lui a permis d’améliorer ses chronos sur ses 4 distances. Mais Naya pourrait mieux faire avec plus d’engagement dans le travail de fonds. A l’entraînement, elle a toujours le pied sur le frein quand il s’agit de se faire mal.”

Maxime Courtois: “Le grand déçu du week-end car il n’a pas performé sur 1500m. Max était abattu après la course. C’est un nageur de grand bassin car ses virages sont trop faibles. A sa décharge, il était mal placé au couloir 1 car les concurrents de son niveau nageaient aux 6, 7 et 8, à plus de 12 mètres de lui, donc…”

Théo Marti: “Théo était là pour le 200m dos et il a répondu présent puisqu’il y réalise son meilleur temps personnel.”

Noah Franquinet: “Noah n’a fait qu’une course, le 400m 4 nages, mais il y a réussi un très bon temps en améliorant son chrono de 9 secondes.”

Grace Palmer: “Elle n’a nagé qu’un jour et n’était pas de bonnes conditions pour raisons familiales. Mais on compte sur elle. Grace est un excellent espoir… et un champion reste un champion.

Vous comprenez mieux, maintenant, la satisfaction générale du coach?